• ACTUALITÉS
728 x 90

Le voyant

Jérôme Garcin raconte l’histoire de Jacques LUSSEYRAN. Personnage méconnu en France, alors que son œuvre est inscrite aux programmes scolaires en Allemagne et qu’un de ses livres « Et la lumière fut », est un best-seller aux Etats Unis.

Né en 1924, Jacques LUSSEYRAN devient aveugle à l’âge de huit ans suite à un accident survenu à l’école. Au lieu de maudire son handicap, il en fait un privilège et dit : « La découverte je l’ai faite dix jours après l’accident. Elle me laisse encore ébloui …j’avais perdu mes deux yeux, je ne voyais plus la lumière du monde et la lumière était toujours là. Je la retrouvais ailleurs, je la retrouvais au-dedans de moi et ô merveille ! Elle était intacte ».

A 17 ans en 1941, après une scolarité brillante, il entre dans la résistance, devient chef de réseau du groupe « Les Volontaires de la Liberté » et publie le journal « Défense de la France ». Deux ans plus tard il est dénoncé, arrêté et déporté à Buchenwald où il est jeté dans le Block des invalides. Il survit, est libéré mais ce séjour éprouvant a eu raison de la « lumière intérieure ».

Il reprend ses études pour devenir professeur mais une loi du régime de Vichy, toujours en vigueur pendant plus de dix ans après la fin de la guerre, interdit aux handicapés d’enseigner ( incroyable !)

Pour la première fois il est plongé dans les ténèbres, enfermé dans une dépression qui ne le quittera qu’après sa rencontre avec Georges Saint- Bonnet, une sorte de « gourou » dont on ne comprend pas bien, vu sa lucidité et son incroyable force de caractère, qu’il en soit devenu le disciple. A cette époque il quitte sa femme et ses enfants pour multiplier les aventures féminines. Il se remarie et part pour les Etats Unis où il est reconnu et devient un professeur réputé.

Il se met à écrire et dit : « Si je n’écris pas, je suis infirme. ». Il raconte son expérience dans un livre : « Et la lumière fut », témoigne de sa « renaissance à la vie » dans : « Douce, très douce Amérique » et écrit de nombreux romans et pièces de théâtre qui ne seront jamais publiés. De retour en France, il meurt accidentellement, avec sa troisième femme, à l’âge de 47 ans et tombe dans l’anonymat.

Dans ce livre, Jérôme Garcin nous le fait découvrir. Il dresse un portrait attachant d’un jeune homme doué, rayonnant, charismatique et admirable. Les phrases sont fluides, presque poétiques. On est un peu désorienté parfois par la construction du récit qui fait des allers-retours dans le temps, surtout dans la deuxième partie, mais c’est un livre qui se lit facilement, une leçon d’espoir en rapport avec le handicap et un personnage que l’on n’est pas près d’oublier.

Commentaire par ANNICK

Le visage en sang, Jacques hurle: "Mes yeux ! Où sont mes yeux ?" Il vient de les perdre à jamais. En ce jour d'azur, de lilas et de muguet, il entre dans l'obscurité où seuls, désormais, les parfums, les sons et les formes auront des couleurs. Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, membre du mouvement Défense de la France, Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit "Et la lumière fut" et part enseigner la littérature aux États-Unis, où il devient « The Blind Hero of the French Resistance ». Il meurt, en 1971, dans un accident de voiture. Il avait quarante-sept ans.   Résumé du livre, ETF

Autres livres récents dans Romans

>