• ACTUALITÉS
728 x 90

La mort n’est pas une fin

Ce huis clos familial et les rivalités qui en découlent constitue l'unique roman historique d'Agatha Christie. Bien qu'elle ait choisi l'Égypte antique comme décor exotique, son intrigue reste résolument moderne. Une autre singularité de ce roman tient à l'absence de détective car délaissant ses habituelles enquêtes, la reine du crime a préféré écrire une chronique criminelle fluide et bien enlevée.

Le plaisir de relire un printemps « égyptien » avec la belle exposition Touthankamon à Paris, qui m’a « ramentevé » comme dit Rabelais, ma jeunesse de classe de 6e où je me passionnais pour I’Egypte, que je n’ai pu visiter qu’en 2001, avec passion toujours.
Et m’est venu sous la main ce printemps un vieux petit bouquin jaune tout écharpé de la collection le Masque, classique parmi d’autres classiques.

Chacun sait que la grande auteur criminaliste fut l’épouse d’un éminent archéologue spécialiste du Moyen Orient d’où quelques titres localisés. Mais ces intriques se déroulent toutes dans le milieu de notre XXe siècle écoulé, avec souvent Hercule Poirot aux commandes.

« La mort n’est pas une fin », et l’intrigue de ce volume nous fait prendre à rebours le voyage vers ce passé lointain ... et pourtant ... un grand domaine agricole, au bord d’un grand fleuve, abrite une famille féodalement constituée autour d’un grand propriétaire, ses fils et leurs épouses, sa fille (personnage principal), ses commensaux, la vieille intendante, le secrétaire scribe et la vaste domesticité ...

Non, ce n’est pas « Downton Abbey », mais presque. Et bien sûr, les morts suspectes vont se succéder, et l’enquête s’embrouiller, et c’est la vieille aïeule et le « scribe » qui vont aider l’héroïne à s’en sortir. Du pur Agatha Christie en profil égyptien.
Et pourtant, ce volume n’a pas donné lieu à un film « peplum ». Sans doute, mise en scène trop coûteuse ?

Alors, pourquoi pas un petit retour dans un passé qui nous ressemble tant ?

Et un grand plaisir de relecture.

Commentaire par DOMINIQUE

Quand Renisenb revient au foyer après la mort de son époux, elle retrouve sa famille telle qu’elle l’avait quittée. Mais depuis que son père, Imhotep, a ramené une nouvelle concubine de son voyage dans le Nord, tout semble différent. La jeune femme à la beauté sans pareille a ensorcelé le maître. Habitée par un génie maléfique, elle sème le désordre et la haine dans le domaine comme dans la fratrie. Si elle venait à disparaître, le cœur d’Imothep retournerait à ses fils. Il suffirait d’écraser le serpent, et tout redeviendrait comme avant. Mais le Mal vient-il seulement de cette inconnue ? On dirait qu’un autre poison ronge la maison du maître …   Résumé du livre, ETF

Autres livres récents dans Romans

>