• ACTUALITÉS
728 x 90

Âme bisée

Un récit bouleversant, alliant musique et littérature à une quête d'identité riche en émotions.

Cette œuvre n’est pas un roman traduit mais un roman écrit en français par un ècrivain japonais, paru en 2019.

Le titre fait penser à un destin tragique,c’est en partie vrai mais il désigne surtout l’âme d’un violon, petite partie de bois très importante dans l’instrument. On devine que la musique est un des thèmes majeurs du rėcit.

Celui ci débute en 1938 à Tokyo. Un professeur passionné de musique reçoit trois étudiants chinois afin de répéter un quatuor de Schubert. Le fils du professeur, Rei, âgė de onze ans, assiste à la séance en lisant. Or à cette date, la guerre entre le Japon et la Chine a débuté et quand des soldats chinois pénètrent dans la pièce, ils soupçonnent les musiciens de complot et les arrêtent après avoir cassé le violon du maître. Heureusement l’enfant a eu le temps de se cacher dans l’armoire et il la chance d’être épargné par un des soldats dont il entend le nom, Kurokami, qui semble mélomane lui aussi.

L’enfant ne revoit jamais son père, il est adopté par un ami français qui l’emmène en France avec son violon mutilé.

La narration reprend lorsque Rei est adulte et qu’il est devenu luthier, après des études à Mirecourt dans les Vosges et à Crèmone en Italie , deux berceaux du violon. Il vit avec Hélène qui, elle, est archetière.

Les péripéties se succèdent, on retiendra seulement que par une série de hasards, le héros renoue avec son passé et que le violon de son père qu’il a mis toute sa vie à réparer, retrouve toute sa gloire.

Ce roman est agréable à lire. Même s’il est très romanesque, il présente des personnages attachants dont la vie nous émeut. Il nous fait dėcouvrir aussi le travail minutieux des luthiers et par là même, rend un bel hommage à la musique.
Cet hommage s’exprime dans une belle langue fluide et on ne peut qu’être admiratif devant le talent de cet écrivain japonais qui maîtrise si bien notre langue pour traduire des sentiments délicats.

Commentaire par MALU

Tokyo, 1938. Quatre musiciens amateurs passionnés de musique classique occidentale se réunissent régulièrement au Centre culturel pour répéter. Autour du Japonais Yu, professeur d’anglais, trois étudiants chinois, Yanfen, Cheng et Kang, restés au Japon, malgré la guerre dans laquelle la politique expansionniste de l’Empire est en train de plonger l’Asie. Un jour, la répétition est brutalement interrompue par l’irruption de soldats. Le violon de Yu est brisé par un militaire, le quatuor sino-japonais est embarqué, soupçonné de comploter contre le pays. Dissimulé dans une armoire, Rei, le fils de Yu, onze ans, a assisté à la scène. Il ne reverra jamais plus son père... L’enfant échappe à la violence des militaires grâce au lieutenant Kurokami qui, loin de le dénoncer lorsqu’il le découvre dans sa cachette, lui confie le violon détruit. Cet événement constitue pour Rei la blessure première qui marquera toute sa vie...   Résumé du livre, ETF
>