• ACTUALITÉS
728 x 90

Le prince à la petite tasse

Ce livre drôle et touchant à la fois aborde un sujet grave : celui de l’insertion des migrants.

Depuis 2004, visiteuse de prison au centre pénitentiaire de Fresnes, Emilie de Turckheim y enseigne aussi le français et l’anglais.

Un jour, elle dit à sa famille : « Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu’un pourrait habiter chez nous, peut-être ? »

Et c’est ainsi que Reza, réfugié afghan est accueilli chez l’auteure, le tout encadré par le Samu Social. Sa maison lui est ouverte pour qu’il y soit chez lui. Reza, âgé de 21 ans, partage la vie avec sa famille : son mari Fabrice et ses fils Marius et Noé.

Emilie nous ouvre les yeux sur la question de l’accueil des réfugiés au sein de la société. Son livre soulève, bien à propos beaucoup de questions et nous offre quelques réponses. Que se passe-t-il, au fond de soi, quand on a perdu sa langue et sa famille et que l’on cherche éperdument un lieu, même étroit où replanter sa vie ?

Cette expérience « migratoire », tendre, poétique mais très enracinée dans le quotidien, sa réalité, ses combats nous convie à nous laisser bousculer dans nos habitudes, nos réflexions, nos croyances, nos peurs ; à entrer humblement dans le monde de l’autre, son passé, ses combats, ses expériences, son envie de communiquer, de partager et de se révolter contre la situation.

Entrecoupé de poèmes écrits par Emilie, le texte est d’un style ravissant où les mots choisis mettent en valeur la puissance évocatrice de la langue française.
Dans les arènes de Lutèce, chaque minute existe, le plaisir, le jeu …Un jour, Reza pourra poser la tête sur l’épaule douce de ces minutes…

Le puzzle représente la carte du monde. Les continents sont perdus dans l’immensité des océans. Elle est dite muette, muette comme une carpe : elle passe sous silence les corps humains que les océans avalent …

Merci pour ce témoignage. C’est beau, plein d’espoirs et d’humanité.

Commentaire par LUZAMARY

Un jour, j’ai dit : « Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu’un pourrait habiter chez nous, peut-être ? » Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra juste acheter un lit. » Et notre fils Marius a dit : « Faudra apprendre sa langue avant qu’il arrive. » Et son petit frère Noé a ajouté : « Faudra surtout lui apprendre à jouer aux cartes, parce qu’on adore jouer aux cartes, nous ! » Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre à l’âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace la formidable aventure de ces mois passés à se découvrir et à retrouver ce qu’on avait égaré en chemin : l’espoir et la fraternité.   Résumé du livre, ETF
>