• ACTUALITÉS
728 x 90

Petit pays

Petit pays, mais quelle histoire ! Il s’agit du Burundi où Gaël Faye a passé son enfance et qu’il a quitté en catastrophe. C’est cette enfance qu’il raconte dans ce premier roman après s’être exprimé en musique.

Son père, français, est venu en Afrique comme entrepreneur et a épousé une belle Rwandaise Tutsi, réfugiée au Burundi. La famille vit à Bujunbura dans une impasse résidentielle qui représente le paradis aux yeux de l’enfant. Il a une petite sœur et une bande d’amis inséparables. Avec eux il passe des jours enchantés à cueillir des mangues, se baigner, pêcher, fumer et boire des bières en cachette et surtout il se délecte des paysages de son pays .Malgré le déchirement de la séparation de ses parents, il est heureux, il a dix ans et des rêves plein la tête. Ces souvenirs sont racontés avec légèreté et humour.

…Peu à peu cependant et malgré lui, il prend conscience des problèmes politiques. Après l’espoir qu’ont fait naître les élections, le nouveau président meurt dans un coup d’état militaire et la guerre se déchaîne dans les campagnes .Au couvre feu succèdent les journées « ville morte » et le jeune garçon découvre l’antagonisme Hutu Tutsi. Pour lui, aucune différence entre les deux ethnies. Même si les jeux se poursuivent, l’insouciance a disparu. Puis lorsque les Tutsi sont déclarés coupables d’un nouvel attentat, la violence fait rage. Lui-même se détache de ses copains gagnés par la fureur et il échappe à la peur qui règne sur la ville en s’évadant dans la lecture. Les derniers chapitres sont poignants car la mort s’abat aussi sur sa famille et « saccage sa part d’enfance ».

…On retient deux aspects de ce beau roman, l’évocation du paradis perdu de l’enfance dont l’auteur se sent exilé et l’horreur d’un génocide vu par les yeux d’un enfant. Dans les deux cas, douceur et violence, l’écrivain fait preuve d’une grande sensibilité.

Commentaire par MALU

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…   Résumé du livre, ETF
Gaël FAYE
ECRIVAIN
BIO
>