• ACTUALITÉS
728 x 90

Ma cousine Rachel

Ce roman vient d’être remis à l’honneur grâce au film du même nom, qui en est l’adaptation. D’ailleurs, Daphné du Maurier est peut- être plus connue par le cinéma que par ses livres. Hitchcock s’en est inspiré pour La taverne de la Jamaïque, Rebecca et Les oiseaux.

Elle a vécu de 1907 à 1989 en Angleterre, donc bien après Jane Austen, pourtant on y retrouve un peu de cette ambiance dans Ma Cousine Rachel, paru en 1951. C’est la même étude approfondie de la psychologie des personnages, la même tension dramatique et la même écriture classique et retenue.

Le Héros, qui est le narrateur, jeune homme de vingt- quatre-ans simple et un peu candide, vit dans un manoir entouré par la mer et la forêt. C’est dans ce décor romanesque qu’il fait de longues promenades à cheval. Orphelin, il a été élevé par son oncle qu’il aime comme un père. Or celui-ci, parti en Italie pour sa santé, rencontre une vague cousine qu’il épouse. Aux lettres enthousiastes du début en succèdent d’autres plus inquiétantes qui laissent croire que Rachel essaie de l’empoisonner peu à peu. Donc, après la mort de son oncle, quand elle arrive en Cornouailles, notre héros s’apprête à la recevoir avec méfiance et colère, jusqu’à ce qu’il tombe à son tour sous son charme et en devienne fou amoureux. Il va même jusqu’à lui léguer toute sa fortune.

Mais la romancière jalonne son récit de détails qui provoquent le soupçon du lecteur vis-à-vis de cette belle femme déjà mûre, peut- être trop séduisante et habile pour être sincère. Est-elle ange ou démon ? Le doute subsiste jusqu’à la fin tragique. Peut- être est- elle une femme déjà moderne, qui tente d’échapper aux contraintes de son époque et de son milieu. En tout cas, c’est une héroïne troublante et ambiguë, qui reste inoubliable et l’on se dit que Daphné du Maurier n’est pas l’écrivain démodé que l’on croit souvent.

Commentaire par MALU

L'affection que le jeune Philip nourrit, en dépit de la différence d'âge, pour son cousin Ambroise Ashley le pousse à gagner Florence sitôt que ce dernier, qui a épousé une comtesse italienne, lui écrit pour demander son aide. A peine arrivé, il apprend la mort d'Ambroise et repart sans avoir pu démêler le mystère qui entoure l'existence de la comtesse Rachel.Quand la cousine Rachel rejoint. soudain Philip en Angleterre, elle porte à son comble la confusion des sentiment,,, de haine et de désir qui animent le protégé d'Ambroise. Pourtant le charme de la jeune femme agit au point de susciter l'amour chez Philip qui, dans un élan de folle générosité, renonce à son héritage au profit de l'intrigante. Mis en garde par Louise, la fille du pasteur, à qui l'habileté de l'Italienne n'a pas échappé, Philip ne comprend vraiment qu'il a été joué que le jour même où Rachel prend possession du domaine et laisse ouvertement paraître son mépris de tout sentiment amoureux. Un jour, Philip découvre que Rachel dissimule du poison. Ambroise est-il mort de mort naturelle comme on l'a prétendu ? Et comment Philip échappera-t-il au même destin ?   Résumé du livre, ETF

Autres livres récents dans Romans

>